in , ,

Symptôme de l’épuisement professionnel : déceler les premiers signes

symptome épuisement professionnel, gestion des conflits au travail

Un symptôme d’épuisement professionnel n’est pas toujours flagrant. Et comme il ne s’accompagne pas forcément d’expressions ouvertes de tensions nerveuses et d’anxiété, on n’y prête souvent pas attention. Employés, gestionnaires et agents des ressources humaines devraient toujours accorder une priorité aux signes d’épuisement afin de les gérer au mieux et de réduire l’épuisement mental, physique et émotionnel induit par un trop-plein de stress. Pour cela, il est nécessaire de savoir les identifier au plus tôt. Alors quels sont-ils ?

Qu’est-ce qu’on entend par symptôme d’épuisement professionnel ?

Connu également sous le nom de burnout, l’épuisement professionnel relève d’un ensemble syndromique requérant une approche diagnostique en vue d’une caractérisation de la sévérité du trouble et de ses rapports logiques avec les conditions du travail. Le syndrome d’épuisement professionnel n’est pas une maladie en soi. Cependant, il se reconnaît grâce à divers indices.

D’ordre cognitif

Le sujet a des trous de mémoire et des troubles de l’attention, a du mal à se concentrer.

D’ordre interpersonnel

Il se replie sur lui-même et a une appétence pour l’isolement social. Il peut adopter une attitude cynique et violente. Son niveau d’empathie diminue et l’amène à être hostile envers ses collègues, contrairement à ses ressentiments. Le syndrome d’épuisement professionnel va souvent de pair avec des comportements addictifs.

D’ordre motivationnel

Une personne assujettie à l’épuisement professionnel perd son estime de soi. Son désengagement et sa baisse de motivation sont de plus en plus oppressants. Les valeurs relatives au travail s’effritent et elle doute de ses compétences et se remet en cause ou se dévalorise.

Sur le plan physique

Le syndrome d’épuisement professionnel peut aussi se manifester physiquement à travers des troubles du sommeil ou insomnie. Des troubles musculo-squelettiques comme les cervicalgies ou la lombalgie apparaissent. Dans certains cas, la personne a des maux de tête, des vertiges, des céphalées ou une difficulté à respirer. Ce sont les facteurs psychologiques qui déclenchent et intensifient les symptômes psychosomatiques.

C’est l’esprit qui envoie ces signaux d’alerte. Les personnes présentant des signes ou syndromes d’épuisement professionnel perdent facilement le fil. Elles paraissent déphasées et ont du mal à se concentrer. Dès le matin, ils semblent vidés à cause d’un manque de sommeil. Tantôt importantes, tantôt minimes, les manifestations s’installent insidieusement et progressivement pour rompre avec un état antérieur.

D’ordre émotionnel

L’individu éprouve un sentiment profond de tristesse mêlé à une anxiété généralisée. Il a des troubles de l’humeur et manque d’entrain. Irritable, il devient agressif à cause de réactions disproportionnées comme des pleurs incontrôlés.  Il est en proie à l’hypersensibilité et a des ressentiments, lesquels entament grandement ses relations professionnelles.

La fatigue générale : symptôme principal du burnout

À la suite d’un rush de dernière minute et de certaines urgences professionnelles, la fatigue est tout ce qu’il y a de plus normal. Mais cet état devient inquiétant lorsqu’il découle et se manifeste par des signes constants de fatigue à la fois émotionnelle, physique et psychologique. On le reconnaît à une négligence notable sur l’apparence physique de la personne, à des cernes sous les yeux, au teint fade et à des expressions vides et mornes.

Quels sont les facteurs de risque ?

Le burnout peut découler des relations de travail. Les supérieurs exercent-ils une forte pression ? Vous malmènent-ils ? Votre expertise n’est-elle pas reconnue ?… Mais l’employé lui-même peut être à l’origine de sa détresse. Notamment, s’il obéit aveuglément et dit oui à tout-va ou s’il a une personnalité perfectionniste. Il existe d’autres causes d’épuisement professionnel comme l’insécurité de l’emploi ou des conflits de valeurs.

En outre, l’absence d’une évaluation du potentiel inné de la main-d’œuvre peut entraîner un gouffre entre ses aptitudes naturelles et les besoins du poste. Les tensions nerveuses que cela peut engendrer se cristallisent par un symptôme d’épuisement professionnel. Le temps passé à saisir le mal-être de l’employé et à déceler les facteurs doit aboutir à changer ce qui ne va pas.

Pourquoi est-ce important de savoir déceler tout symptôme d’épuisement professionnel ?

Étant donné que ses employés sont à la fois des atouts et le pilier d’une compagnie, cela signifie que tout ce qui entrave à leur bien-être et à leur bonne santé comme le stress au travail est susceptible de porter préjudice à son succès global. Un salarié en train de vivre un épuisement professionnel va fixer toute son attention sur son adversité ou ce qu’il considère comme une menace.

Ce qui ne laisse aucune place à la concentration lors de la réalisation de ses tâches. Des détails vont forcément lui échapper et c’est particulièrement alarmant quand par exemple, sa propre sécurité ou celle des autres se trouve entre ses mains. Le syndrome d’épuisement professionnel comporte plusieurs stades. Sans prise en charge à temps, la situation s’envenime et se complique davantage.

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

Loading…

0