in

Tout savoir sur les termes d’un contrat de coaching professionnel

coaching professionnel

Tout sur le contrat pour une prestation de coaching professionnel

Un contrat de coaching professionnel est un engagement entre deux parties, l’encadré et l’encadreur, qui prend pouvoir au moment de la signature. Les termes d’un tel pacte peuvent changer selon les concernés. Par ailleurs, il est nécessaire de bien connaître les détails avant d’accepter.

Tout contrat de coaching professionnel englobe plusieurs clauses que les deux parties acceptent mutuellement. Toutes les mentions intégrées doivent ainsi être lues et approuvées par les concernées. Découvrez plus de détails sur ce sujet dans tout ce qui suit.

Contrat de coaching professionnel, de quoi s’agit-il réellement ?

Pour ceux qui ne sont pas encore avisés, un contrat engage deux parties qui acceptent toutes les deux de respecter des modalités précises pendant une durée déterminée. Le coaching vise surtout à accompagner une personne pour qu’elle soit plus autonome et plus dynamique dans un domaine précis. On peut considérer cela comme un processus d’entretiens ayant pour buts de développer tout le potentiel d’un individu.   

Dans le cas d’un accompagnement spécialisé, il s’agira de quelques points basiques dans le cadre d’un suivi et d’une évaluation. Bien entendu, les informations des concernés devront être mises en avant dans le contrat de coaching professionnel. Les noms, adresses et contacts des deux parties figureront donc en premier lieu. Vient ensuite le préambule qui explique de manière basique les termes et les clauses.     

Avant même de signer un contrat, il est nécessaire de définir des objectifs précis dans le temps. Le coach prendra ensuite les mesures requises pour les atteindre et mettre en place une stratégie bien définie. Tout cela permettra d’améliorer, sur le long terme, les performances professionnelles de l’accompagné, d’optimiser ses compétences et l’aider à être plus efficace. Il sera ainsi apte à prendre des décisions d’affaires difficiles et faire face aux pressions du travail. 

Quelles sont les différentes modalités d’un contrat de coaching professionnel ?

Généralement, les modalités incluses sont les nombres et les durées de chaque séance, la durée du contrat ainsi que les honoraires. Le premier libellé indique donc le nombre de séances hebdomadaire et les horaires relatifs. Par exemple, les deux parties peuvent accepter de se rencontrer deux ou trois fois par semaine. Il faut aussi que la durée de chaque intervention soit mentionnée.

Le deuxième intitulé porte sur la durée de l’accompagnement. Cela peut se résumer de 1 à 3 mois selon les conventions des concernés. Cependant, si les objectifs préétablis ne sont pas atteints au cours de cette période, le contrat de coaching professionnel pourrait être prolongé arbitrairement. 

Dans la même mesure, l’une des parties peut à tout moment effectuer une résiliation de contrat en cas de non-satisfaction. Cela peut se faire par tous les moyens (mails, messages, appels…) et sans justification particulière. 

Pour les honoraires, elles seront fixées dès le début de l’intervention. Le coach est libre de proposer un tarif qu’il considère adapté à son accompagnement. Il établira par la suite une facture chaque fin de mois en y intégrant la durée totale de ses interventions et le transmet à son client. Ce dernier s’engage à payer son mentor dans les délais prévus. Les termes finaux du contrat informeront sur la date et le lieu de réalisation.

La déontologie des deux parties pendant et après l’accompagnement

Le coach est tenu de garder confidentiel toutes les informations sensibles ou personnelles de son client. Il ne devra en aucun cas, même à la fin du contrat, divulguer des renseignements sur son accompagnement à autrui. Par la même occasion, l’encadré devra s’engager à ne pas utiliser directement ou indirectement les méthodes et stratégies de son mentor à une personne tierce.

Les devoirs mutuels entre les concernés doivent aussi être respectés à la lettre. L’encadreur ne doit en aucun cas exercer un abus d’influence sur son client quelle que soit la nature. Il s’engage à agir de manière professionnelle envers son prospect et utiliser tous les moyens à sa disposition pour l’atteinte des objectifs. Il pourra aussi faire appel à un confrère s’il juge que cela est nécessaire pour améliorer les compétences professionnelles de son client.   

Du côté de l’encadré, il se doit d’être ponctuel pour tous les rendez-vous fixés à l’avance. De plus, il devra aviser le coach deux jours à l’avance si jamais il ne peut pas être présent lors d’une séance. En cas de retard, la séance peut être écourtée sans que les honoraires soient touchés. L’encadreur n’est nullement responsable des décisions prises par son client et des conséquences affiliées.

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
comment choisir son coach professionnel

Comment choisir son coach professionnel ?

coach métier avenir

Coach : un métier d’avenir ?