in

Mentorer : comment devenir  un bon mentor ?

Mentorer une personne implique non seulement de lui prodiguer des conseils, mais également de lui offrir la formation appropriée. Les mentors sont prêts à investir dans la croissance personnelle et le développement professionnel du mentoré. Cependant, comment bien mentorer ?  

Mentorer est une pratique courante et efficace pour former de nouveaux leaders. Certaines personnes pensent que le terme « mentor » n’est qu’un mot de plus pour désigner un modèle.

Effectivement, il doit être un guide dans divers domaines notamment les relations avec les pairs, l’équilibre entre vie professionnelle et privée. Toutefois le simple fait d’être un modèle ne fait pas de vous un mentor. Zoom sur les quatre façons pour avoir un impact positif sur les autres.

Mentorer : qu’est-ce qu’un mentor ?

À la base, être un mentor, c’est être un conseiller de confiance. Cela signifie interagir avec la personne guidée et lui apporter un soutien et un retour d’information. Sa relation avec l’individu accompagné peut durer des années ou un seul rendez-vous au café. Lorsque vous encadrez une personne sur le long terme, vous apprenez vraiment à connaître. Il faut comprendre sa personnalité, son style d’apprentissage et ses objectifs, ce qui peut vous permettre d’offrir des conseils plus riches et plus pertinents au fil du temps. 

Mais le processus pour bien mentorer n’a pas besoin de durer plus longtemps. Il peut également s’agir d’une relation ponctuelle ou à court terme, par exemple lorsqu’une personne demande de l’aide pour résoudre un problème avec un collègue ou un responsable. 

Mentorer : qu’est-ce qui fait un bon mentor ?

Certains traits importants d’un excellent mentor incluent la patience et l’écoute. Les mentors les plus efficaces comprennent ce qui se passe, évaluent le chemin parcouru par le mentoré, puis les guident sur la bonne voie

Mentorer concerne autant le conseil que le transfert de connaissances et de compétences en leadership. Cela demande de la pratique, et le mentor doit être prêt à laisser le mentoré faire des erreurs et à essayer de le guider à nouveau. Voici quelques conseils pour que l’accompagnement fonctionne bien.

Établir les attentes et les règles de base

Lors de la première présentation au mentoré, mettez-le à l’aise en expliquant votre rôle. Répondez à toutes leurs questions sur le processus de mentorat.

Indiquez ce que vous attendez d’eux. Par exemple, qu’ils se présentent à l’heure, qu’ils traitent la relation avec professionnalisme et respect, etc. Ensuite, expliquez ce que vous êtes prêt à faire pour les mentorer. Par exemple, les encadrer, leur enseigner et leur ouvrir des portes pertinentes. 

Effectuer une évaluation informelle des besoins

Demandez au mentoré quelles sont ses priorités pour vous rencontrer. Quels aspects de leur travail ou de leur carrière souhaitent-ils le plus connaître ? Dans quels domaines espèrent-ils s’améliorer ?

Vous pouvez également vous rendre auprès du manager du mentoré pour savoir sur quoi il aimerait que vous vous concentriez pendant votre session.

Autres conseils pour bien mentorer

Définissez un horaire de contact

Soyez clair sur vos limites de temps. À quelle fréquence vous rencontrerez-vous avec votre mentoré en personne ? Serez-vous disponible pour des consultations par téléphone ou par e-mail/SMS ?

Offrez suffisamment de temps pour ne pas laisser votre mentoré en difficulté, mais pas au point qu’il devienne une gêne.

Écoutez attentivement, puis demandez et conseillez

Vous pouvez posséder toutes sortes de sagesse accumulée. Mais un mentoré n’est pas un récipient vide dans lequel vous versez vos connaissances.  Mentorer, c’est aussi savoir écouter ce que le mentoré a à dire avant de donner votre avis. Interrogez-les sur leur point de vue. Ils apportent des idées et des perspectives que vous n’appréciez peut-être pas encore.

Laissez-les prendre leurs propres décisions

Le mentor est généralement plus compétent et expérimenté que le mentoré. Il serait facile de lui dire quoi faire. Sauf que cela le priverait de réfléchir à des défis pour trouver des solutions. Alors que cette capacité est l’une des qualités les plus importantes que le mentoré doit développer. Votre rôle en tant que mentor est de les aider à évaluer ces compétences.

Mentorer : être responsables les uns envers les autres

Si vous vous engagez à pencher sur un problème ou à fournir une ressource au mentoré, faites-le selon les termes de votre engagement. De même, attendez-vous à ce qu’il honore les siens.

La confiance et la responsabilité sont les fondements d’une relation de mentorat efficace.

De quelles qualifications avez-vous besoin ?

Pour être mentor, il est essentiel d’avoir de l’expérience dans le domaine dans lequel vous mentorez quelqu’un. En effet, vous ne pouvez pas bien enseigner si vous n’avez pas expérimenté, appris de la pratique et appliqué les mêmes principes vous-même.

Il est également important d’avoir des compétences relationnelles et une capacité pour mentorer un individu. Vous devez être apte à définir quel programme adopter pour développer les performances et la carrière du mentoré.

QU'EN PENSEZ-VOUS ?

Écrit par Kevunie

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
mentorat

Mentorat : quelle définition décrit mieux ce terme ?

Coach fitness

Coach fitness : quel est le tarif pour cet accompagnement ?