in

Mentorat et tutorat : différences et similitudes

mentorat défis solutions, mentorat et tutorat, mentoring

Le coach d’affaires, votre meilleur partenaire pour vous aider à piloter votre activité. Vous êtes un dirigeant.e d’entreprise et vous avez besoin de conforter votre business. ! [En savoir plus]


Nous nous servons le plus souvent et d’une façon indifférente des termes tutorat et mentorat lorsque nous évoquons une situation où quelqu’un s’occupe d’une autre personne. Précisément, elle l’aide à surmonter des difficultés. Un flou sémantique qui mérite un éclaircissement, étant donné qu’il est susceptible d’empêcher les acteurs de bien cerner avec exactitude ce que l’on attend d’eux.

Par ailleurs, la qualité de l’accompagnement peut en pâtir. Visant à délimiter les frontières entre le mentorat et le tutorat, cet article informe sur les différences et les similitudes entre ces notions souvent confondues.

Tutorat ou mentorat : en quoi se distinguent ces formes d’accompagnement ?

Dans l’objectif de mettre en place l’accompagnement adéquat, les interrogations portent souvent sur le transfert d’expertise, l’intégration de nouveaux collaborateurs, ou bien l’intégration des jeunes. Il ne s’agit plus d’être pour ou contre un accompagnement. Il est plutôt question de modalités autour desquelles centrer les expériences. A savoir, le mentorat ou le tutorat.

Le tutorat : qu’est-ce que c’est ?

Dans le sens étymologique, un tuteur ou « tutatorem » en latin, a la charge d’une tutelle. Il doit veiller sur son protégé ou « tutori ». Concrètement, un tuteur est chargé d’accompagner une jeune personne en formation. Le plus souvent, cet accompagnement a lieu dans le cadre d’un contrat de professionnalisation.

Sa mission ne consiste pas seulement à transmettre son savoir, ainsi que sa technique professionnelle. Elle consiste aussi à évaluer le tutoré ou le jeune formé. Un troisième axe est à considérer dans une relation de tutoring : le centre de formation qui entretient des relations pédagogiques avec le tuteur au cours de la formation.

En général, et dans le cadre d’une entreprise, le tuteur est un salarié ayant pour rôle d’inculquer des savoirs professionnels à hauteur d’une évolution déterminée. Cette personne sert de référence à celui qui apprend. Le tutorat regroupe l’ensemble des activités, qu’on peut également assimiler à une formation, en situation de travail.


Accompagnement et Coaching de Dirigeants, Préparation Mentale & Développement Personnel. Nous aidons nos clients à changer, à exceller et à constamment se ré-inventer. [En savoir plus]


L’acquisition de compétences grâce à la formation in situ

Cette définition implique que le tuteur maitrise un corpus de savoirs professionnels afin qu’il puisse le transmettre au formé. Une fiche de poste, un référentiel de certification ou de formation permet par la suite d’évaluer les compétences que l’on vise par le tutorat. Dans certains contextes amenés à évoluer comme ceux qui appellent à se doter de stratégies d’actions, le tuteur tend à se rapprocher de la figure de coach ou du mentor.

Que ce soit dans le cadre d’une professionnalisation, d’une intégration ou d’un contrat d’apprentissage, la durée d’un tutorat est prédéterminée. Le tutorat et le mentorat sont tous les deux des accompagnements ayant pour finalité de rendre l’accompagné apte à trouver seul des solutions aux problèmes rencontrés.

Les différents types de tutorat

Il y a plusieurs types de tutorat. Le mentorat comme le tutorat s’appliquent à différents domaines. Le tutorat de formation se destine aux élèves ou aux étudiants, ainsi qu’aux stagiaires. Le tutorat d’insertion est utile pour des personnes pouvant manquer de qualifications, alternant le travail et la formation.

Visant à intégrer un nouveau travailleur dans son milieu professionnel, le tutorat d’intégration se destine aux nouveaux embauchés ou aux jeunes diplômés. Le tutorat de réintégration consiste à aider une personne à reprendre son travail suite à une maladie ou un accident. Enfin, le tutorat de transition. Cet accompagnement s’adapte au travailleur engagé dans un contrat de transition pour l’aider à obtenir un contrat durable.

Le mentorat

Depuis les années 70, le mentorat d’entreprise est en plein essor du fait des besoins croissants d’accompagnement. Pouvant être pris en exemple et avec lequel on a une certaine affinité, le mentor guide, conseille en se basant sur ses expériences le mentoré. Il garantit la vision de l’entreprise ou du mentoré dans une relation de mentoring.

Contrairement au tutorat ou au coaching, le mentorat d’entreprise se focalise sur l’adoption d’un savoir-être et non l’acquisition des techniques. Le mentorat et le tutorat impliquent des qualités humaines et d’une aptitude à questionner le mentoré d’une façon pertinente, de sorte à le faire prendre conscience des enjeux impliqués par son rôle de dirigeant.

Quel est le rôle d’un mentor dans un mentorat ?

Il incombe au mentor d’établir une relation basée sur la confiance afin que les deux parties s’échangent librement sur leurs idées et leurs visions. Dans une relation non commerciale pour éviter tout conflit d’intérêts, la relation mentor/mentoré n’est ni hiérarchique, ni financière.

De plus, le mentor n’interfère aucunement dans la gestion de l’entreprise. Il doit laisser le libre arbitre au mentoré afin que celui-ci prenne seul ses décisions.

Mentorat : ses domaines d’applications

Le mentorat porte sur trois principaux domaines, dont le plan relationnel, la création et le développement d’entreprise de la personne mentorée. Le mentor agit également sur le développement personnel de l’accompagné. Le mentorat et le tutorat peuvent se pratiquer en interne comme en externe. Étant une relation d’égal à égal, aucune des deux parties ne dirige la relation de mentoring. Toutefois, en externe, un contrat de prestation cadre l’accompagnement et interroge sur la déontologie à laquelle les parties s’en tiennent.

Une relation mentor/mentoré viable n’impose aucun lien de subordination. Par ailleurs, le mentor remplit ses missions sans contrepartie et d’une façon volontaire. Évidemment, il a une obligation de moyens, lors de la transmission des connaissances et techniques professionnelles.

Toutefois, il n’y a aucune obligation de résultat. Lorsqu’il est question de relève nécessitant la formation des jeunes, en vue de remplacer des départs à la retraite des séniors, le recours au mentorat s’avère indispensable.


Développez Votre Leadership Efficacement. Réservez Votre Séance Découverte Gratuite ! Une Approche Holistique & Humaniste par un Coach Certifié pour Libérer Vos Ressources. [En savoir plus]


COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
mentor, Mentoré-mentor

Mentorat : ce qu’il faut savoir sur ce mode d’apprentissage

just-in-time mentoring, évaluer progrès mentor, atteindre ses objectifs en mentoring

Coaching et mentorat : quelle différence entre ces modes d’accompagnement ?